La Semaine sainte est, pour les chrétiens, la dernière semaine du Carême ou une semaine qui prend place entre le Carême et le Triduum pascal. Elle est en tout cas la semaine qui précède le Triduum pascal. Elle commence avec la célébration du dimanche des Rameaux et se termine après la célébration de la messe chrismale le Jeudi saint avant le soir qui est réservé à la messe de la Sainte Cène(Consulter la 3è édition du Missel Romain).
Les chrétiens orthodoxes l'appellent la Grande Semaine. Les orthodoxes de Roumanie utilisent le plus souvent l'appellation Semaine Illuminé (roumain: Săptămâna Luminată) ou Semaine des Passions (roumain: Săptămâna Patimilor).

MEDITATION JOUR PAR JOUR

DIMANCHE DES RAMEAUX
"Nous tenons à la main ces rameaux pour acclamer le triomphe du Christ. Pour que nous portions en lui des fruits qui te rendent gloire, donne-nous de vivre comme lui en faisant le bien." (prière de la bénédiction des rameaux)
Il y aura beaucoup de monde aujourd'hui dans nos églises. Il y aura même beaucoup de gens pour se trouver aux portes afin de vendre quelques branches de buis. Je sais bien, Seigneur, que cela déplaît à tels ou tels chrétiens quelque peu puritains ou rigoristes qui voudraient une manifestation plus dépouillée de tous ces gestes religieux.L'an dernier, j'ai questionné ces "vendeurs non officiels". L'un d'eux m'a répondu qu'ainsi il n'avait pas à mendier et que tout compte fait (et pas seulement financier), il se sentait un peu de la fête.Ce jour-là, à Jérusalem, il y eût tout autant d'ambiguité. La foule était heureuse, chaleureuse. Elle se retournera quelques jours plus tard.
Les disciples voyaient enfin l'accomplissement de ce qu'ils espéraient. Jésus va inaugurer son Royaume, leur royaume.Jésus, tu savais bien que toute cette fête se déroulait dans un malentendu. Ton royaume n'est pas de ce monde. Tu seras abandonné, sauf par ta mère, quelques femmes et saint Jean. Le centurion comme le bon larron le découvriront dans le dénuement de la croix.Seigneur, donne-moi de t'accueillir sans ambiguïté, dans l'acceptation de ce que tu me demandes de vivre avec toi et comme toi.Il y a des jours de fête, il y a des jours de solitude. Il n'y a de définitif que l'amour. C'est vrai que le désir de l'amour, c'est la durée, parce que c'est le vrai désir de l'être. Mais le désir de l'être, c'est Dieu, quoi qu'il en coûte. Et tu me l'as dit de maintes manières : il est impossible de se tourner vers Dieu sans accueillir ce qu'il me demande, oui, quoi qu'il en coûte.

LUNDI SAINT
"Quand nous tombons à cause de notre faiblesse, donne-nous de reprendre vie par la passion de ton fils bien-aimé." (prière d'ouverture de la messe)
A cause de notre faiblesse
Seigneur Jésus, tu as devant toi, deux personnages bien différents. Marie, impulsive et aimante, démesurée dans ses propos comme on l'a vu à la résurrection de Lazare, sentimentale lorsque Marthe s'affaire pour la cuisine. Aujourd'hui, elle se met aux pieds de Jésus et voilà qu'elle répand une livre d'un parfum très pur et de grande valeur.
C'est trop, c'est trop n'hésite pas à dire l'homme des calculs, des roueries, des faux-fuyants. Un homme sincère pourtant puisqu'aux premiers jours il s'est donné à Jésus. Mais avec le temps, il a fait le chemin inverse de Marie. Il se replie sur lui-même et devient faible, de plus en plus faible. Il ne sait pas ce qu'est l'exubérance d'un amour qui donne.
Et moi, qui suis-je ? Aide-moi, Seigneur, à faire un bilan de ma conscience à ton égard et à l'égard de mes frères. Pas comme Judas, pour qui les pauvres sont un prétexte, mais qui est tout tissé d'argent en son coeur. Comme Marie, bien sûr, car je suis pécheur.
Reprendre vie
Judas s'enfonce vers le mensonge et la mort. Il a commencé les premiers gestes de son suicide. L'ordre, le bon ordre de l'argent le conduira à la trahison et à la haine. Comme il n'a plus d'issue pour vivre avec amour, il se donne la mort. Savait-il ce qu'est l'amour ?
Marie, elle a beaucoup aimé, dans le désordre. Elle a aimé avec des folies. Ce n'est pas la folie du pécheur qui compte à tes yeux, Seigneur, c'est l'amour. Tu es venu non pour juger mais pour sauver. Et sans amour, que peut-on sauver ? sans amour que peut-on offrir ? Tu le sais puisque tu donnes tout à ton Père, par Amour.
Je suis pécheur. Mais je t'aime, toi qui sais tout, tu sais bien que je t'aime. Tout compte fait je me sens plus près de Marie.

MARDI SAINT
Aide-nous, Dieu éternel et tout puissant, à célébrer les mystères de la Passion du Seigneur de telle sorte que nous obtenions le pardon." (prière d'ouverture de la messe)
Satan entra en luiJe le retrouve encore aujourd'hui ce Judas dont l'évangile parlait hier. Et à côté de lui se trouvent les autres apôtres. Ils ne comprennent pas le sens de la parole de Jésus. Ils se regardent les uns les autres espérant trouver une explication auprès de l'un ou de l'autre. Judas comprend très bien :"L'un de vous me livrera." C'est chose faite pour trente deniers.Durant le repas pascal juif, recevoir la première bouchée de l'agneau était significatif. On le donne en premier à une personne que l'on veut honorer. C'est ce morceau qui a été donné à Judas, preuve que Judas pouvait être pardonné. Jésus accomplit le rite de l'Ancienne Alliance. Judas, par son péché, préfère ne pas être pardonné. Satan entre en lui.Tu me suivras plus tard
A l'inverse, Pierre veut rester fidèle à Jésus. Le Seigneur le rappelle au réalisme de sa faiblesse avec netteté : " Tu me renieras..."Le lendemain, à la même heure en effet, il aura renié son Maître. Le coq chante. Pierre ne s'enfonce pas dans son reniement pourtant répété avec insistance. Il regrette et son regard croisant celui de Jésus, il se sait pardonné. Satan ne peut entrer, Pierre n'a pas cessé d'aimer Jésus.Voilà qui me donne à réfléchir quand j'ai peur d'aller me réconcilier par la grâce du sacrement. Car ce n'est pas chose facile que de se mettre à genoux pour reconnaître ses fautes et en obtenir le pardon...même de Toi.Seigneur, Tu as aidé Judas. Il a refusé cette aide. Tu as aidé Pierre, il accueilli ton regard dans la cour de Caïphe. Il se sait pardonné.Aide-moi, Seigneur, à recevoir aussi cette grâce de la réconciliation.

MERCREDI SAINT
Puisque tu as voulu que ton Fils fût crucifié pour nous afin de nous arracher au pouvoir de Satan, fais que nous puissions recevoir la grâce de la résurrection." (prière d'ouverture de la messe)
L'évangile de ce jour commence par les deux attitudes qui pourraient parfois être les miennes. Deux disponibilités, c'est vrai, mais pas pour suivre le même but.
Que voulez-vous me donner ?
Tout est pour lui, ce Judas. Son imagination va rechercher le lieu et le moment de livrer celui qui l'a aimé, cet apôtre choisi.
Et moi, sans être Judas, ne m'arrive-t-il pas, Seigneur, de poser plus ou moins directement la même question. "En réponse à ma prière, que puis-je espérer de vous ?" Non, non je ne trahirai pas. Non, non je ne veux pas être Judas. Mais tout de même mes intentions se tournent vers moi d'abord.
Et si un jour je succombe gravement, arrache-moi au pouvoir de Satan. Je te le demande d'avance afin d'avoir un coeur et une volonté disponibles pour recevoir la grâce de la résurrection.
Où veux-tu que nous fassions les préparatifs ?
Ils font ce que Jésus leur a demandé et comme il voulait. Ils se sentent chez eux chez cet ami de Jésus qui va les accueillir pour la dernière Pâque.
Leur attitude est toute d'humilité sur eux eux-mêmes. Seraient-ils capables de le livrer ? Serais-je capable de livrer Jésus ?
Sans aller jusque là, bien sûr, je suis parfois comme Thomas :" Allons-y et mourrons avec lui !" Il est parti discrètement du Jardin des Oliviers, sans que les gardes s'intéressent à lui. Jésus était livré.
Je suis parfois comme Pierre :" Je donnerai ma vie pour toi !" Il est parti celui qui devait affermir la foi de ses frères. Il a tout de même livré son Maître au mensonge de son reniement, temporaire bien sûr. Mais tout de même un reniement.
Je suis prêt à tout Seigneur. Si tu vois que je suis en train de flancher, viens me disposer à recevoir la grâce de la résurrection

JEUDI SAINT
Ceci est mon Corps livré pour vous. Faîtes ceci en mémoire de moi.""Ceci est mon sang versé pour vous. Faîtes ceci en mémoire de moi."
Je veux me laisser entraîner dans la méditation de ces paroles inouïes : livré pour vous, versé pour vous...."Fais que nous recevions de ce repas, qui est le sacrement de ton amour, la charité et la vie ... " (prière d'ouverture) ... le sacrement de ton amour !"Donne-nous la grâce de vraiment participer à cette Eucharistie... (prière sur les offrandes) ... participer vraiment par notre amour ! "Accorde-nous d'être un jour rassasiés à la table du Royaume éternel ... (prière après la communion) ... ce devrait être l'unique but de ma vie !Aujourd'hui, chaque jour, " chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez à cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne." (saint Paul)Je ne me lasserai pas de répéter cela, de le répéter dans ma méditation d'aujourd'hui, dans mon action de grâce au terme de chaque célébration pour proclamer aux hommes mes frères ce sacrement de ton amour.

VENDREDI SAINT
Dieu très-haut et glorieux, é claire les ténèbres de mon coeur,donne-moi la foi droite,l'espérance certaine,la charité parfaite.Seigneur, donne-moi l'intelligence et la connaissance, afin que je puisse faire ce qui est vraiment ta sainte volonté."
Prière de saint François d'Assise devant le crucifix de Saint-Damien."Père, je remets mon âme entre tes mains."ainsi "tout est consommé !"Jésus dans son dernier souffle d'amour.

SAMEDI SAINT
Nos fautes ne peuvent nous enfermer,
puisque le Christ sans péché,
les a assumées et les a rachetées.
Nos ténèbres ne peuvent durer
quand le Christ lumière est avec nous.
Ouvrons nos yeux et notre coeur,
réjouissons-nous, émerveillons-nous !
La vie a vaincu la mort.
Lumière née de la Lumière
Tu nous fais naître par Ta Lumière.

DIMANCHE DE PAQUE
Solennité des solennités Voici près de deux mille ans, la lumière de la Vie Nouvelle a jailli d'un tombeau. Désormais, pour toujours, et dans cet aujourd'hui qui est le nôtre, toutes choses sont remplies de cette lumière, le Ciel, la Terre et les Enfers. Nous vivons d'une vie nouvelleCette vie nous est donnée au jour de notre baptême, ce jour "où nous avons été ensevelis avec le Christ dans sa mort, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts, nous vivions nous aussi dans une vie nouvelle." (Romains 6. 4) A Pâques, nous célébrons la Résurrection du Christ comme quelque chose qui est arrivé et qui nous arrive encore. Car chacun d'entre nous a reçu le don de cette vie nouvelle, la faculté de l'accueillir, la grâce d'en vivre. C'est un don qui change radicalement notre attitude envers toutes choses, y compris la mort. Certes elle est encore là et nous l'affrontons toujours. Un jour, elle viendra nous prendre. Mais là réside aussi toute notre foi. Par sa propre mort, le Christ a changé la nature même de la mort. Il en a fait un passage, une pâque, dans le Royaume de Dieu. Il a transformé en une victoire suprême, ce qui est et reste une tragédie. Dans notre vie enténébrée
Nous vivons souvent comme si cet événement unique n'avait que peu de signification pour nous. C'est notre faiblesse, alors que nous sommes appelés à vivre constamment de foi, d'espérance et de charité. Immergés dans nos préoccupations journalières, nous succombons à cause de cet oubli. Et notre vie en devient mesquine, enténébrée, dépourvue de sens, nous conduisant vers un but sans signification. Ce n'est pas en oubliant la mort que nous rendrons notre vie agréable. Car, dans ce cas, elle devient absurde dans son inévitable. En vivant comme si le Christ n'était jamais venu nous entraîner dans sa vie par delà cette mort, nous n'en comprenons pas le sens. Prendre conscience de cette réalitéSi nous prenons conscience de cette réalité pascale dans l'immédiat de nos journées, nous ouvrons une porte sur la splendeur du Royaume, sur l'avant-goût de la joie éternelle qui nous attend dans la plénitude de la vie. La liturgie de l'Eglise est "ordonnée" autour de Pâques. La succession des temps liturgiques nous conduit dans un voyage, un pèlerinage qui est progressivement la fin de ce qui est vieux et périmé, qui est aussi un passage constant de ce monde à notre Père. "Que ton Esprit fasse de nous des hommes nouveaux pour que nous ressuscitions avec le Christ dans la lumière de la vie." (prière pascale après la communion) "Voici le jour que fit le Seigneur, jour de fête et jour de joie ! Voici le jour où le Christ, notre Dieu, nous conduit de la mort à la vie." (Acclamations des matines) En ce jour de Pâques, il n'est plus qu'une seule attitude à avoir : la foi.C'est elle qui permet à la réalité divine d'illuminer notre vie. Il n'est plus qu'une action à entreprendre : C'est de porter partout témoignage de la bouleversante découverte d'un monde nouveau. Voici le jour de la Résurrection. Voici la lumière de notre joie ! Voici la Pâque du Seigneur !
Le Christ nous a fait passer de la mort à la vie et de la terre aux cieux ! Chantons son triomphe ! Purifions nos vies. Nous le verrons, le Seigneur étincelant de Lumière. Le Christ ressuscité ! et nous l'entendrons nous dire "Paix sur vous". Chantons son triomphe !Joie, Joie sans fin !Le Christ est ressuscité ! Alléluià ! (dans la liturgie byzantine)

Extrait du site : http://vivrelafoi.cef.fr



* Vivons avec ferveur ce temps Saint qui nous restaure et nous redonne vie.